Mesure des polices

Chaque police est alignée horizontalement sur une ligne de pied. Elle possède une hauteur de capitale (distance entre la ligne de pied et le haut d’une majuscule) et une hauteur « x » (littéralement la hauteur de la minuscule x). Les hampes s’étendent au dessus de la ligne de x et les jambages sous la ligne de pied.

La césure ?

Pour que le texte se lise sans peine, l’espacement entre les lettres doit être visuellement correct. La technique d’ajustement est appelé crénage : elle consister à diminuer ou augmenter l’espace entre certaines paires de lettres. Le crénage est particulièrement utile sur les caractères de plus grande taille, comme les titres : sans lui, les écarts paraîtraient disgrâcieux :

  • WIK
  • WAK (3 lettres mais WAK prend plus de place)

Police avec ou sans Serif ?

Serif est le mot anglais pour empattement.

Les caractères sans empattements sont apparus début XIXème pour les besoins de la publicité naissante. Ils ont la propriété de pouvoir supporter des graisses importantes (d’où leur bonne visibilité de loin) et de pouvoir être fortement étroitisés et serrés les uns contre les autres : l’absence d’empattements permet un véritable gain de place !

  • Les polices sans Serif sont idéales pour les titres et les petits tirages, tant leur visuel est percutant.
  • Elles sont aussi recommandées pour le Web : leur affichage nécessite un nombre moins important de pixels.
  • Par contre, leur aspect uniforme peut rendre la lecture délicate, du fait du peu de distinction dans l’affichage des caractères.

Les caractères avec empattements sont conseillées pour les longs écrits papier, leur lecture est plus reposante pour l’œil : à y regarder de plus près, leurs empattements forment comme de petits rails qui permettent une lecture linéaire plus efficace.