Il est un mythe tenace sur Twitter : j’entends souvent que « la qualité de communication sur Twitter se mesure au nombre des abonnés ». Donc si je suis beaucoup suivie, je serai beaucoup lue ?


C’est un raisonnement un peu court…  :S

I – La formation à la FRSEA Pays de Loire

Jeudi 30 août : mission Twitter à la Fédération Régionale des Syndicats d’ Exploitants Agricoles dans la petite bourgade ville d’Angers (hum).

Pourquoi ? La FRSEA fait de la veille, informe, ouvre le dialogue, et défend les intérêts de la profession. Twitter est l’outil qui offre le plus de potentiel pour être vu par les influenceurs et leaders d’opinion… Pratique quand on veut que sa voix porte.

La formation a porté sur :

  • L’ouverture et la gestion de compte Twitter
  • le jargon et les codes de la twittosphère
  • Les bonnes et mauvaises pratiques
  • les outils d’analyse et de performance

Ce qu’il faudrait, à mon sens, retenir de la journée : communiquer efficacement sur Twitter passe par la qualité de son lectorat.

II – Comment juger de la qualité de son lectorat ?

  • Un follower de qualité partage les mêmes centres d’intérêt que vous : il espère que vous l’aiderez à maintenir une veille active et utile. Un contenu qualitatif, pertinent et original, c’est la condition basique pour être suivi puis relayé.
  • Un bon follower est un utilisateur régulier de Twitter, gage de qualité d’audience. C’est logique : s’il ne se connecte jamais, il ne lira jamais vos tweets. De là à dire qu’il ne sert à rien…
  • Un bon indice : vous êtes mentionné, ou retweeté. C’est une preuve absolue que votre lectorat vous apprécie, puisqu’il engage sa crédibilité en relayant vos infos ou votre pseudo.
  • Autre mesure : votre follower a peu d’abonnements. Dans le cas contraire (on peut voir des 2000, 5000 abonnements), vos tweets seront noyés dans le flux de sa timeline. Autant dire que les chances d’être lu sont minces …
  • Enfin, soyez attentif également aux listes : un follower peut vous « ranger » dans une catégorie, et ainsi décider de ne regarder que la timeline de cette catégorie.
    C’est utile à 2 niveaux : vous recevez une notification et savez comment on vous étiquette, vous savez également quels sujets feront plaisir à ce follower.

Exemple : plusieurs comptes m’ont rangé dans des listes « tourisme » ou « web ». Je sais donc que ces sujets sont attendus chez ces twittos.

Dernier conseil, ne prenez pas le melon pour autant !!

Je suis classée dans une liste : « Blogueurs à suivre: Liste de la crème des crème des blogs à suivre ». C’est sûr, ça fait plaisir, mais restons modeste.
On est toujours l’expert ou le suiveur d’un autre : pour ma grand-mère, je suis une experte du web. Dans la communauté alsacréation, je suis bien peu de choses…

III – Le diaporama de la formation