Suite et fin sur les enrichissements typographique : nous allons maintenant évoquer les justifications.

La justification détermine la largeur de chaque ligne et l’alignement horizontal du texte (alignement à droite/gauche, centré, justifié). Le choix de la justification n’est pas anodin sur le rendu global du texte et correspond à différents usages.

I – L’alignement centréAlignement centré dan sle livre Aventures magiques au bord de l'océan

A appliquer plutôt sur des textes courts car difficile à lire sur de longs textes.

L’interlignage est souvent plus important. On l’utilise davantage sur les titres, les accroches, les exergues. Cette justification donne une impression solennelle, stable, affirmative, exclamative. Elle crée une discontinuité par rapport à la suite du texte.

II- L’alignement justifié

Les extrémités sont alignées à droite et à gauche.

  • Peut être utilisé sur des textes longs. La justification, elle, ne doit pas être longue pour autant : l’œil aurait alors du mal à trouver le début des lignes.
  • Attention de ne pas choisir un interlignage trop petit.
  • A éviter sur des justifications très réduites à cause des “zébrures” qu’il peut provoquer dans le gris typographique (couleur optique du texte sur le papier). A noter également dans ce cas que l’œil ajoute des pauses en fin de ligne, ce qui ralentit la lecture.
  • Une moyenne de 10 /12 mots par ligne est l’idéal pour cette justification.alignement justifié

 

III – L’alignement à gauche ou en drapeau

Son utilisation est largement répandue et convient à la plupart des situations.alignement gauche

  • L’interlignage peut être réduit pour gagner de la place.
  • On l’utilise pour le texte courant d’un article, pour des petites annonces (texte à phrases courtes).
  • Il se prête merveilleusement bien au découpage sémantique de la phrase, c’est-à-dire à la coupure du texte en fin de ligne en fonction de son sens.
  • Cette justification donne une impression d’irrégularité, de souplesse, de classicisme. Le texte semble continu mais s’arrête facilement.

IV – L’alignement à droite

On peut l’utiliser sur des textes courts : cette justification peut vite devenir illisible, car l’œil perd son repère habituel à gauche. alignement droite La début de chaque ligne est plus difficile à retrouver.

On l’utilise pour les signatures, les baselines, les titres d’articles, les exergues, les focus à droite.

Cette justification donne une impression d’originalité, d’interrogation, d’instabilité (besoin d’un appui comme une photo ou un bord de page par exemple).

Sources : Livre « Mise en page et impression » et l’excellent blog de Pixenjoy, design graphique