Accessibilité numérique tablette

Accessibilité numérique : quels usages pour les personnes en situation de handicap ?

Le numérique, le web et les réseaux sociaux font désormais partie intégrante de notre vie. Après les dernières crises traversées (sociales, sanitaires et politiques), le recours au numérique s’est généralisé et renforcé. On fait ses courses par internet, on déserte certains jours le bureau pour privilégier le télétravail, on consulte son médecin par visio-conférence…

À distance et sur le web, tout est désormais possible (ou presque). Mais, qu’en est-il pour les personnes en situation de handicap : internet est-il vraiment une avancée ?

Qu’est-ce que l’accessibilité numérique ?

Dès son origine, le web avait inscrit dans ses gènes une accessibilité pour tous, en tout lieu et à tout instant. L’accessibilité a surtout été popularisée ces dernières années, elle milite pour rendre les contenus et services numériques lisibles, compréhensibles, utilisables et accessibles par autrui. Il s’agit par exemple de mettre en place des aménagements pour que les personnes en situation de handicap puissent surfer sur le net.

Selon Tims Berners-Lee (co-inventeur du HTML et président du W3C), l’accessibilité se définit ainsi :

« Mettre le Web et ses services à disposition de tous les individus, quels que soient leur matériel ou logiciel, leur infrastructure réseau, leur langue maternelle, leur culture, leur localisation géographique et leurs aptitudes physiques ou mentales. »

Ecran vert pour accessibilité numérique

Une fonctionnalité devenue presque banale

Dès lors que l’on commence un projet Web, la notion d’accessibilité numérique émerge désormais comme une évidence :

« Ça fait sérieux de demander un site accessible. On sait à peu près que ça concerne les personnes handicapées, sans en connaître les tenants et les aboutissants. »

Concrètement, c’est quoi internet pour une personne handicapée ? Et plus simplement encore, c’est quoi un handicap sur Internet ?

Le handicap sur internet nous fait penser en premier lieu aux déficiences visuelles, alors que la liste est en réalité bien plus longue. Les nouvelles technologies apportent beaucoup d’outils et de réponses, mais est-ce suffisant pour accéder à l’information, comme tout un chacun ? Voyons dans le détail si chaque type de handicap trouve bien sa solution…

Les déficiences visuelles en accessibilité web

Les smartphones ont révolutionné l’accès au web pour les déficients visuels, via les applications natives ou à télécharger. Par exemple, la célèbre marque à la pomme a équipé ses smartphones d’un lecteur d’écran nommé VoiceOver. La firme Google a quant à elle développé Talkback sur Android. Ils sont simples d’utilisation : lorsqu’ils détectent le mouvement du doigt sur l’écran, une voix s’active pour indiquer quelle est la page / le bouton sollicité.

Les non voyants (cécité)

Support qui permet de lire en braille

Deux catégories de technologies d’assistance sont les plus utilisées : les lecteurs d’écran avec voix synthétique, et les afficheurs en braille (système d’écriture permettant aux aveugles de prendre connaissance de contenus rédactionnels).

  • Les lecteurs d’écran sont des logiciels convertissant le contenu de l’écran en discours synthétique. Les machines de lecture sont en mesure de comprendre et de restituer un contenu rédactionnel via une voix de synthèse.
    Parmi les lecteurs d’écran, citons les ROC : logiciels de Reconnaissance Optique de Caractères, ils regroupent à la fois différentes technologies de lecture d’écran, les imprimantes brailles ou encore les scanners.
  • Les afficheurs braille actualisables sont des dispositifs matériels contenant une bande de broches braille rétractables, permettant de générer des caractères braille à la volée.

 

Certains utilisateurs aveugles utilisent également des navigateurs textuels, des navigateurs vocaux ou des outils comme la fameuse Alexa.

L’autre solution technologique, c’est la lecture audio. Son concept est simple : tout ce qui est lisible devient audible. Les appareils sont nombreux sur le marché, ils proposent des niveaux de qualité et de fonctionnalité différents. Daisy semblerait être un des plus populaires.

Mal-voyants :

Il existe plusieurs médias : de très grands écrans pour afficher le texte très gros, loupes, afficheurs de textes jaunes sur un fond d’écran noir.

Daltoniens :

Ils utilisent leurs propres feuilles de style pour naviguer sur votre site Internet. Les couleurs posant problème sont converties pour s’adapter à leur perception.

Déficiences d’écoute

Sourds :

Ces personnes ont besoin d’une traduction textuelle de tous les fichiers audio.

Malentendants :

Conversion d’un fichier audio en texte, ou renforcement des sons.

Déficiences physiques

handicap physique, ordinateur fauteuil roulant

Motricité :

Ces personnes utilisent des souris adaptées ou des claviers qui intègrent une manette. Il peuvent également naviguer par raccourcis ou par la voix. Notons que la navigation doit permettre de retourner facilement vers la page d’origine (pour corriger son erreur).

Déficiences cognitive et neurologique

Dyslexie et dyscalculie :

o Concentration : éviter les éléments animés et perturbateurs : séquences flash, pop-ups, son…
o Compréhension : préférez des sites très simples, avec un visuel en parfaite cohérence avec le message à délivrer.
o Mémoire : ces personnes se perdent très vite dans sa navigation, montrez-leur le chemin qu’elles ont parcouru. Qui plus est lors d’un achat (mais cette bonne pratique est également bénéfique pour tous les internautes)

Âge

En vieillissant, les capacités diminuent au niveau de la vision, de l’écoute, de la dextérité et de la mémoire. Un rhumatisme, un trouble de la vision, et les seniors peuvent connaître les mêmes problèmes que les personnes handicapées… et faire appel aux technologies adaptées.

Les outils numériques chez les personnes âgées

Accessibilité : tous les sites web doivent-ils se mettre à la page ?

Si l’accessibilité web est devenue une priorité ces dernières années, c’est en partie grâce à la loi du 11 février 2005. Cette dernière suppose « l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées, l’enjeu est d’améliorer le plus possible l’expérience utilisateur chez les personnes en situation de handicap».

Néanmoins, rendre un site accessible présente une réalité budgétaire assez contraignante : on a déjà vu le poste « développements » être multiplié par 2 ou 3 pour répondre à la norme. Ceci explique certainement pourquoi tous les sites ne sont pas accessibles, y compris certains sites du secteur public (qui eux y sont pourtant contraints, comme les sites gouvernementaux, mairies, services publics etc.)

Les entreprises elles aussi sont concernées. Le décret n° 2019-768 du 24 juillet 2019 étend l’obligation d’accessibilité au « secteur privé, notamment pour les entreprises générant un chiffre d’affaires annuel de 250 millions d’euros ».