Vos phrases sur le web ne devraient pas excéder les 20 mots. J’en avais parlé dans le dernier article : toute longueur induit un effort de mémorisation chez le lecteur. Effort qui en réalité ne sera pas produit…

L’objet de cet article consiste donc à vous donner quelques astuces pour raccourcir vos phrases. C’est par ici, suivez le guide !

Mettez des points… pas que sur les i

La méthode la plus efficace pour raccourcir une phrase à rallonge ? Tout simplement la couper en 2, voire en 3 phrases…

Exemple de phrase à rallonge (31 mots)

« Souvent peu considérée par les éditeurs de site, la rédaction web est pourtant une discipline qui mérite le respect et qui requière des compétences particulières bien au-delà d’un simple sens du phrasé. »

 

Commentaire :
Le sujet « la rédaction web » [Sujet] doit être trouvable au tout début de la première phrase. Il est important que le lecteur cerne tout de suite de quoi ça parle. L’idée la plus importante « compétences particulières » [Message principal] est elle aussi logiquement placée dans la première phrase. La 2e phrase elle, peut amener soit des détails, soit constater un fait.

Faites la chasse aux qui et aux que

Les propositions relatives sont très bien acceptées à l’oral ; à l’écrit ce n’est pas la même affaire. Elles alourdissent les tournures de phrases, hachent la rythmique et produisent un son désagréable en lecture mentale. Mieux vaut les éviter en utilisant par exemple des participes présents.

Exemple avec des relatives :

Le référencement est une notion qui est centrale dans toute rédaction web. Il nécessite des qualités stratégiques qui vont permettre au rédacteur de comprendre les concurrents et de les dépasser.

Exemple de rewriting en supprimant les relatives

Commentaire :

  • La première phrase a simplement subi une ablation du qui [X] 🙂 Il ne servait strictement à rien.
  • Dans la 2e phrase, il a été avantageusement remplacé par le participe présent [P] : « permettant ».

Des tournures actives plutôt que passives

Les phrases passives opèrent une inversion du sujet et du COD.
Rappelez-vous de l’exemple à l’école : « la souris a été mangée par le chat » (8 mots). La voie active aurait donné « le chat a mangé la souris » (6 mots).

Il est certain que la tournure passive permet de constater un résultat, mais elle souvent utilisée à mauvais escient : lourdeurs, phrases à rallonge, voire sujet mal identifié.

Privilégiez autant que possible la voix active pour plonger votre lecteur dans l’action.

Exemple :

« Le référencement est parfois oublié par les rédacteurs en herbe qui écrivent du texte pour remplir des pages. Quel manque d’ambition. »

Réécriture de phrase à la voie active

Pour ce dernier exemple :

  • la 1re phrase a été raccourcie grâce à la forme active. On pose l’affirmation [A].
  • Dans la 2e phrase, la voix active [A] permet de préciser le sens : l’ajout de « ils se contentent » permet d’introduire l’idée de manque d’effort et de stratégie. On retrouve cette idée dans le commentaire suivant : « quel manque d’ambition« .

Pour approfondir vos connaissances en web rédaction, nous proposons une formation « rédiger pour le web ».