Si on scrute les analytics de nos sites internet, le constat est sans appel. Quand il nous faut 6 mois pour rédiger tous les textes, l’internaute lui fait le tour du site en moins de 3 minutes ! Mais qu’avez-vous mal fait ?

Les études eyetracking décryptent le comportemental des internautes

Le eyetracking, ou occulométrie, permet de définir les zones vues et non vues d’une page web. Il est basé sur une technologie capable de reproduire le mouvement des yeux de l’internaute.

De ces études, des enseignements sont à retenir :

  • l’internaute ne lit pas, il scanne
  • la lecture web obéit à la loi du moindre effort
  • le court l’emporte sur le long pour la phrase, le paragraphe et la page

>> Pour en savoir plus, je ne peux que vous conseiller l’excellent site de miratech.

Conseils pour vos prochaines rédactions : faites bref

Le court l’emporte sur le long pour la page

L’internaute a besoin de se repérer pendant la phrase de scanning. Cela sous-entend que toute masse uniforme devient un obstacle à sa recherche. Concrètement il faut éviter ces situations :

  • paragraphes longs et sans espace avant/après.
  • énumérations en ligne
  • absence d’images et de titrailles

Un paragraphe de 20 lignes est totalement contre-productif. On a tous été confronté au syndrome du gros pavé indigeste : dès qu’un texte parait long et peu aéré, on a tendance à renoncer avant même d’avoir commencé.

Pensez à créer des paragraphes avec un maximum de 5 à 7 lignes.

Faire des phrases courtes

La ponctuation joue un rôle essentiel dans l’écriture. Elle introduit certes une pause dans la lecture, mais surtout elle marque les variations dans le texte. Plus spécifiquement, le point apporte un changement d’idée.

Phrases courtes

L’erreur la plus fréquente chez les jeunes rédacteurs consiste à écrire des phrases à rallonge… mélangeant au passage des idées incompatibles. Or la règle de base:

1 idée = 1 phrase.

Côté ergonomie, des études ont expliqué pourquoi les phrases trop longues sont plus difficiles à comprendre.

  • Un lecteur ne fait aucun effort de mémorisation tant que les mots restent dans son champ de vision
  • Ce champ de vision se limitant à 2 lignes, toute phrase trop longue impose de se rappeler du début…pour en comprendre la fin.

Pour percevoir pleinement le sens d’une phrase longue, il faut déployer un effort supplémentaire. Est-ce que l’internaute fera cet effort ? Le plus souvent non, il aura abandonné la lecture.

Notez qu’un lecteur moyen mémorise une phrase complètement quand elle contient entre 8 et 16 mots…

Pour en savoir plus, n’hésitez pas à vous former à la web rédaction.

>> Dans un prochain article, je vous donnerai des astuces pour raccourcir vos phrases et gagner en efficacité. D’ici là pensez déjà à faire plus court !