La lecture écran est une notion que je décris souvent lors de mes formations, toute la stratégie web en découle, quelqu’en soit le média : newsletter, blog, contenus rédactionnels de site.


Voici quelques pistes de réflexion sur le comportement des internautes.

I – Étude du cabinet Norbert küpper

Une étude sur le comportement des lecteurs de journaux, réalisés par ce cabinet de design journalistique, fondée sur l’enregistrement du regard d’un lecteur et la manière dont bougent les yeux, a déterminé ce qui élu et ce qui ne l’est pas.

Exemple pour la lecture d’un quotidien.

  1. La photo principale est le seul élément qui arrête tout le monde.
  2. Les gros titres sont les plus lus.
  3. Aucun article n’est lu en entier par 100 % des lecteurs (même pas le chapeau/sous-titres).
  4. Plus un article est long, moins il est lu.
  5. Les articles les mieux mis en scène sont ceux qui accrochent le plus. Mais heureusement, c’est l’intérêt de l’article qui détermine le taux de lecture finale.

II – Mémorisation du message en fonction du nombre de mots par phrase :

 

Nombre de mots dans la phrase Message entier Première moitié Seconde moitié
12 100 % 100 % 100 %
13 90 % 95 % 85 %
17 70 % 90 % 50 %
24 50 % 70 % 30 %
40 30 % 50 % 10 %

III – Et sur le web ?

  • Sur le Web, 79% des lecteurs auraient une lecture de type «balayage».
  • La lecture sur écran serait plus lente de 25% comparativement à la lecture papier.

En gros, l’utilisateur a les mêmes habitudes sur le web que dans la “vraie vie”. Il jette un coup d’oeil à chaque nouvelle page, parcourt quelques lignes et clique sur le premier lien qui attire son attention ou qui ressemble vaguement à ce qu’il cherche. Dans les faits, une grande partie de la page n’est même pas vue, et encore moins lue.

La plupart des utilisateurs cherche quelque chose d’intéressant (ou d’utile) et de cliquable ; l’utilisateur clique sur le premier élément qui semble correspondre à ses aspirations. Si ce n’est pas le cas, direction le bouton “Retour” et le processus de recherche est relancé.

Les utilisateurs apprécient la qualité et la crédibilité. Un site éditorial qui fournit un contenu de qualité peut bien avoir un design pauvre, le visiteur fera “avec”. Ceci explique pourquoi des sites pas “terribles” mais présentant un contenu attractif font de l’audience depuis des années.
Bien sûr, cette conclusion ne s’applique pas aux sites de vente en ligne qui doivent séduire autant par la présentation que par le contenu.

Pour conclure cette introduction à la lecture web, les utilisateurs ne lisent pas, ils parcourent la page. Face à une page web, les utilisateurs cherchent des points de repères ou des liens pour les guider à travers le contenu.

IV – Pour aller plus loin

Site du cabinet Küpper (anglais)