La typographie désigne les différents procédés de composition graphique permettant de faire varier les polices dans leur forme. L’objectif est esthétique et stratégique.

I – Le Romain

Le Romain (lettres droites) est l’attribut typographique le plus couramment utilisé, le plus populaire. Son axe vertical, perpendiculaire à la ligne horizontale de lecture, lui confère un aspect de stabilité et par conséquent de sécurité voire de force masculine. Il se lit facilement dans les caractères à empattements qui forment comme des petits rails horizontaux qui guident l’œil d’une lettre à l’autre.

II – L’italique

L’axe oblique de l’italique confère à cet attribut typographique une notion de mouvement et d’instabilité. Il traduit une relation plus intime avec le lecteur. On l’utilise pour transcrire les dialogues parce que c’est aussi la typographie de la tradition orale. Venant dans un texte en romain, l’italique sert à mettre en valeur un mot ou un groupe de mots d’une façon discrète.

On l’applique généralement sur les légendes, les citations, les références, les notes, les titres d’ouvrages, les expressions avec un “double sens”, les mots en langue étrangère.

III – La graisse

La graisse est l’épaisseur du dessin d’un caractère. Son rôle est d’établir des contrastes correspondant à une hiérarchie du texte.

Dans un texte courant, le gras sert à mettre en valeur un mot ou un groupe de mots d’une façon forte.

Sa répétition nuit à son efficacité, il ne faut donc pas en abuser.