Je rédige cet article à l’attention de mes collègues graphistes : certains ont peut-être créé des supports de communication pour des créateurs d’entreprise. Comme vu dans le précédent article, c’est une cible qui a ses particularités et qu’il est intéressant d’étudier.

Je dresse donc ici un portrait robot du créateur d’entreprise : que les entrepreneurs ne s’offusquent pas, comme tout profil, il s’agit de généralités généralement observées en général…

I – Le profil type du créateur :

  • Petit budget « de démarrage » : la communication n’est pas toujours une priorité mais systématiquement un investissement. C’est pourquoi certains vont se contenter de logos « bricolés » en attendant de faire mieux plus tard (et quand on aura le budget). Cette pratique est dangereuse : elle annonce une identité visuelle, souvent considérée comme peu professionnelle.
  • Se pose beaucoup de questions : la première étant « comment se faire connaître ? ». Cet état d’esprit peut parfois inverser les rôles lors de l’audit : vous qui posez des questions pour connaître un maximum votre client, vous vous retrouvez à parler de votre expérience dans la communication pour tel ou tel domaine d’activité.
  • Hésitant, indécis, méfiant : il peut craindre de rater sa communication, son positionnement. Rien dans un premier temps ne vient de le conforter ou le dissuader : ce sera donc à vous de prouver que la communication est votre affaire – une affaire de pro – et que vous êtes le prestataire de la situation.
  • Une éducation à faire : tout est nouveau pour lui, y compris la relation avec un prestataire. Soyez clair et précis dans votre façon de travailler, et de facturer. Ne soyez pas avare en conseils.
  • Il a du temps : ce qui est normal puisque l’entreprise n’est pas encore lancée. Sachez alors qu’il prendra le temps pour demander des conseils à son entourage, faire faire des devis chez vos concurrents, relire et analyser scrupuleusement votre offre et les CG de Vente. En cours de projet, il posera des questions, demandera des modifications et exigera une certaine réactivité de votre part.

II – Ses attentes :

  • Conseil et accompagnement pour sa communication
  • Des bonnes références pour prouver votre expérience. Rien de pire qu’un débutant graphiste pour un créateur : ce dernier n’aura sans sans doute pas les conseils ni la maturité créative escomptés.
  • Des compétences qui le sécuriseront
  • Un relationnel bâti sur la transparence et la confiance
  • En terme de supports, les besoins se portent en priorité sur le logo, la carte de visite, puis plaquette et site internet (a fortiori s’il s’agit d’un projet de e-commerce).
  • Un excellent rapport qualité/prix

Dans un prochain article, je vous parle d’un projet en cours avec un créateur : le logo vient d’être validé, laissez-moi juste le temps de rédiger !