I – Mythes de la lecture en ligne désavoués

La lecture Web est faite de mythes qui persistent :photo ordinateur

  1. Les internautes impriment les pages internet pour les lire
  2. L’écran est un obstacle à la lecture

Pourtant, une étude publiée par l’Association Online Publishers établit que les internautes sont passés de la communication au contenu. C’est un fait, ils passent aujourd’hui plus de temps à la lecture de l’information en ligne, au détriment du commerce en ligne notamment, avec une augmentation de plus de 35% en 4 ans.

Quelques chiffres-clés de la lecture en ligne :

  • Temps moyen passé sur une page: 30-60 secondes
  • Temps moyen passé sur un site: 2 minutes
  • Nombre moyen des pages consultées sur un site: 2
  • 79 % des internautes lisent toujours en diagonale, seulement 16% lisent mot à mot
  • Sur une page, le lecteur lit en moyenne 28% à 20% des mots
  • 7 secondes pour convaincre l’internaute sur la SERP (page de résultat de Google)

Rédiger pour le Web ? Ben c’est pas comme le papier ?

Un copier-coller de ma brochure, et l’affaire est dans le sac !

Il n’y aura malheureusement que vous qui serez emballé. Surtout quand on sait que vos textes ont été inspirés par la plaquette d’un concurrent… (qui lui même a copié un concurrent ! )

Or le web – et Google en tête- préfère un contenu unique et original : n’y aurait-il pas un gros souci ?

Vous le comprenez : le véritable problème, c’est que beaucoup d’entreprises ne prennent pas la peine d’adapter leurs textes au média Web.
L’internaute n’est pas séduit, il n’arrive pas à entrer en lecture : il zappe !

Inspirée par les excellents livres du CFPJ et d’Isabelle Canivet, je vous livrerai bientôt quelques astuces d’écritures web. Voici déjà un premier article sur les études d’eyetracking : court vaut mieux que long